Guide Comment integrer la biodiversité dans les stratégies des entreprises ?

 

 "Intégrer la biodiversité dans les stratégies des entreprises"

réalisé par Orée, et la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB), soutenu par Natureparif  et ses partenaires : Veolia Environnement - le Groupe Carrefour - GSM - LVMH - Natures&Découvertes - Seché environnement - le cabinet Savin&Martinet - la Société Forestière - le Groupe Yves Rocher.

 

 

  

 Le guide s’articule sur quatre sections. Une difficulté majeure pour intégrer la biodiversité dans les stratégies des entreprises est de comprendre à quoi renvoie un concept aujourd’hui couramment usité.


  • La première partie de l’ouvrage s’attache à le présenter, du point de vue scientifique et de celui des entreprises. La méthodologie du groupe de travail pour analyser les interactions, directes et indirectes, entre entreprises et diversité du vivant est ainsi mise en exergue. Elle concerne l’analyse des niveaux de dépendance directe des branches d’activités au monde vivant et la construction d’un Indicateur d’Interdépendance de l’Entreprise à la Biodiversité (I.I.E.B.).

 

  • La seconde partie s’articule sur des retours d’expérience. Rédigés à partir d’une auto-évaluation portant sur l’I.I.E.B., ils présentent l’image que diverses entreprises et collectivités, la plupart appartenant au groupe de travail IFB - Orée, se font de leur interdépendance à la biodiversité. Ces travaux confirment que l’ensemble de l’économie interagit, de manière directe et indirecte, avec le tissu du monde vivant.

 

  • La troisième partie s'attache à analyser plus précisément la nature de l’influence des entreprises sur l’évolution du monde vivant. Cela revient à caractériser la nature des dynamiques de co-évolution entre entreprises et écosystèmes. Un nouveau modèle de développement est proposé aux acteurs économiques, en soulignant ses enjeux, contraintes et opportunités. Quelles règles simples, quels outils pour piloter les systèmes écosystémiques et socio-économiques en interaction, vers une co-viabilité entre biodiversité et entreprises ? Nous esquissons les contours du « Bilan Biodiversité » des organisations, système comptable visant à rendre compte des relations entre entreprises et monde vivant. Pour que sa mise en place soit rentable, que les entreprises s’approprient pleinement la démarche, on s’intéresse aussi aux modes de régulations contemporains.

 

  • Enfin, la dernière section présente neuf initiatives innovantes en faveur de la biodiversité à travers le monde. Rédigées sous forme d’articles courts, elles sont en lien étroit avec le monde de l’entreprise et tentent de s’inscrire dans la démarche de co-viabilité biodiversité - entreprises que nous avons proposé.

 

Face à l’urgence de la situation mise en exergue par l’Evaluation des écosystèmes du millénaire (Millennium Ecosystem Assessment, 2005) et confirmée par les premiers résultats de l’étude coordonnée par Pavan Sukhdev portant sur les coûts de l’inaction en matière de biodiversité (TEEB, 2008), ce guide vise à condenser le temps de réflexion nécessaire pour réintégrer les activités économiques au cœur de la biodiversité.

 

Cela relève-t-il de l’utopie ? Le pari du groupe de travail a-t-il été tenu ?


Il revient aux lecteurs, et particulièrement aux entreprises membres du groupe de travail, d’en décider. Gageons que cet ouvrage incite activement à faire du profit un instrument de diversification du monde vivant, et de la diversité biologique une source d’accroissement des profits.


    
 Contact : Joël Houdet

 

 

  >retour<