Partenaires

 

Comité 21

Le Comité 21 est un réseau d'acteurs engagé dans la mise en œuvre opérationnelle du développement durable en France. Il a pour mission de créer les conditions d'échange et de partenariat entre ses adhérents issus de tous secteurs afin qu'ils s'approprient et mettent en œuvre, ensemble, le développement durable à l'échelle d'un territoire.

 

Le Comité 21 produit des recommandations stratégiques et méthodologiques, ainsi que des ouvrages qui font référence. Composé de quatre collèges, il réunit les parties prenantes concernées en France : entreprises (multinationales et PME), collectivités (des communes aux régions), associations (d'environnement, de développement, de solidarité locale, de défense des droits humains ...), institutions, établissements d'enseignement supérieur et médias.

 

Ce réseau de plus de 460 adhérents fonde son action sur le partenariat pluri-acteurs et sur l'action concrète. Le PNUE et le PNUD en sont membres de droit.

 

 Confrontations Europe

L’association Confrontations Europe est un réseau de citoyens et d’acteurs européens de sensibilités et d’horizons divers de plusieurs pays d’Europe. Elle n’est liée à aucun parti politique.


Elle a pour objectifs :

  • Informer, former, et impliquer les citoyens français dans la construction européenne.
  • Décloisonner et créer des synergies entre les acteurs.
  • Favoriser les échanges et les rencontres avec d’autres Européens.
  • Faire émerger une société civile européenne.
  • Contribuer à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un projet social économique et culturel pour tous les Européens.
  • Influencer les décisions politiques et les stratégies des acteurs.


Orée a organisé le 27 avril 2009, un café d'échanges dans le cadre des élections européennes, pour s'interroger sur le le rôle de l'Europe en matière d'environnement.
Claude Fischer, présidente de Confrontations Europe intervenait à cette occasion.
Orée était également partenaire de la manifestation de Confrontations Europe du 23 juin 2009 à Bruxelles : le paquet climat, un moteur pour sortir de la crise ?

 

 

Décider Ensemble

Orée est membre du conseil d'administration de Décider ensemble. L'association invite à changer en douceur notre culture et nos pratiques en matière de concertation.

Elle a vocation à devenir, à l’exemple de bon nombre de nos homologues étrangères, le carrefour des expériences et des méthodes. Elle rassemble autour d’elle les principaux acteurs du débat public : entreprises, collectivités locales, associations, usagers, pouvoirs publics, à travers des rencontres, des forums et des formations.

 

 

Orse

  • En 2007,  Orée a participé à la demande de Michèle Pappalardo, commissaire générale au développement durable du MEEDDAT, à un échange de points de vue sur la Global Reporting Initiative (GRI, version 3) regroupant industriels, associations et institutionnels pour réfléchir à des pistes d'améliorations et aborder les axes d’améliorations souhaités. Voir la traduction du GRI Version 3 sur le site de l'ORSE (rubrique travaux de l'ORSE).
  • En 2004, Orée et l’ORSE ont été missionnées par les pouvoirs publics pour évaluer l’application de l’article 116 de la loi NRE.

A la suite de l’analyse des rapports des entreprises du SBF 250 et d’un travail approfondi sur les entreprises du SBF 120, les rapporteurs avaient mis en évidence le rôle de catalyseur que la loi NRE a joué dans l’intégration des préoccupations sociales et environnementales dans la gestion des entreprises côtées. Des questions restaient toutefois posées sur le champs d’application des indicateurs, ou encore sur le processus d’intégration des parties prenantes.


Les rapporteurs proposaient de favoriser la discussion publique autour de la publication de ces rapports, en laissant s’écouler le temps de l’appropriation et de l’expérimentation, notamment au regard des standards internationaux.

  • A la suite de ces travaux, Orée a répondu en 2009 à un appel à contribution du MEEDDAT concernant l'extension de la loi NRE aux entreprises non cotées de plus de 500 salariés ou dont le total de bilan dépasse le seuil européen de la PME.

 

Vivagora

Vivagora est une association impliquée dans l'organisation de débats sur les enjeux contemporains des choix scientifiques et techniques. En favorisant l'expression de tous dans la diversité de leurs opinions et de leurs objectifs, elle cherche à construire la confiance et à promouvoir une nouvelle culture de l'innovation.

 

VivAgora utilise et développe des outils et démarches pour :

  • Donner prise sur l’innovation : cela passe par l'accès à l'information, et la mise en débat (compétences des acteurs) ;
  • Donner sens aux projets : cela implique le décryptage des enjeux sociaux des développements technologiques et l’expertise pluraliste ;
  • Donner poids aux contributions citoyennes : cela se traduit par le soutien aux processus de participation des acteurs de la société civile aux choix technologiques (influence).

L’association met en place des cycles de débats publics et de concertation sur des sujets émergents : nanotechnologies, biotechnologies, biologie de synthèse, neurosciences, brevets sur le vivant, épuisement des ressources, etc.

 

Elle organise des expérimentations sur la gouvernance partagée des technologies et valorise des outils et méthodes pour soutenir les démarches d’innovation responsable. Son événement annuel Parlement du futur vise à encourager des pratiques durables et solidaires.

 

VivAgora propose des services (étude de contexte, cartographie des acteurs et des argumentaires, analyse des perceptions, formation à la concertation…) pour accompagner les parties prenantes (industriels, associations, institutions de recherche, responsables politiques) dans leurs démarches de dialogue (Iso 26 000).

 

Elle intervient en outre en tant qu’expert pour envisager de nouvelles coopérations et régulations des technologies au niveau national et européen, en prenant les controverses et conflits comme tremplins pour élaborer les solutions d’intérêt général. Elle assure une veille sociétale en repérant les zones de crise et de conflits potentiels entre innovations technologiques et valeurs démocratiques.