Glossaire

  • Analyse des flux de matière et d'énergie (AFME) :

L'analyse des flux de matière et d'énergie consiste à réaliser un bilan des flux de matière et d'énergie traversant un système donné (territoire, entreprise, procédé, etc.) sur une période de temps définie. Une AFME peut se concrétiser dans une reprsentation graphique et chiffrée : le "métabolisme industriel" ou "métabolisme territorial", qui prend également en compte les stocks de matière et d'énergie. Généralement on réalise une AFME et un métabolisme indstriel dans le but d'identifier des pistes de synergie éco-industrielles entre les acteurs économiques au sein du système étudié. La recherche de synergie à proprement parler nécessite d'étudier plus finement les opportunités de mutualisationou de valorisation des flux en fonction de leurs caractéristiques.

 

  • Dématérialisation :

La dématérialisation est une stratégie qui cherche, à service rendu égal, à réduire la quantité de ressources pour rendre ce service. Différentes stratégies peuvent être mobilisées : économie de fonctionnalité, éco-conception, développement des écotechnologies, écologie industrielle (à travers le bouclage des flux de matière et d'énergie et notamment la substitution de l'utilisation des ressources naturelles par des co-produits).

  • Ecosystème industriel :

Dans la biosphère, les écosystèmes naturels sont largement interdépendants, ainsi que les espèces entre elles au sein des écosystèmes. Par exemple, "les végétaux synthétisent des substances qui alimentent les animaux herbivores, lesquels sont mangés par les animaux carnivores, dont les déchets et les cadavres servent de nourriture à d'autres organismes". Cet assemblage d'interdépendance est la clé de voute de l'équilibre et de la stabilité des écosystèmes naturels. Dès lors, la stratégie que propose l'écologie industrielle est de réorienter l'organisation des systèmes industriels suivant ces principes, c'est à dire vers une organisation de type éco-systémique, afin de tendre vers un mode de développement compatible avec les équilibres naturels. A l'échelle locale, les symbioses industrielles ou les parcs éco-industriels font ainsi référence à la notion d'écosystème industriel.

D'après Robert Frosch et Nicholas Gallopoulos ; "Des stratégies industrielles viables" ; in Scientific American, septembre 1989.

 

  • Métabolisme industriel (ou territorial) :

Le métabolisme industriel consiste à établir des bilans de masse en estimant les flux et les stocks de matière et d'énergie traversant une entreprise ou un système industriel donné, afin d'avoir une vision globale de son fonctionnement grâce à une représentation graphique et chiffrée. Le métabolisme territorial s'applique à un périmètre géographique selon les même principes.

  • Symbiose industrielle :

Par analogie aux écosystèmes naturels, une symbiose industrielle désigne des relations interentreprises fondées sur des partenariats durables et réciproquement profitables. Elle est définie comme "faisant partie du champ émergent de l'écologie industrielle et exigeant une attention résolue portée sur les flux de matière et d'énergie au sein des économies locales et régionales. La symbiose industrielle engage [...] des échanges physiques de matière, d'énergie, d'eau et/ou de sous-produits. La clé dela symbiose industrielle est la collaboration et es oppportunités de synergies offerts par la proximité géographique".

D'après Chertow M., Industrial Symbiosis : Literrature and Taxonomy, Annual Reviw of Energie and the Environment.

 

 

>retour<