Autres actualités

 S'abonner au flux RSS


NatureParif : publication sur la qualité écologique des sols en Île-de-France

Depuis 2014, Natureparif co-encadre une thèse CIFRE portant sur l’évaluation de la qualité écologique des sols en Île-de-France, avec l’Institut d’écologie et des sciences de l’Environnement de Paris, dirigé par le professeur Luc Abbadie.

Lors de ce travail mené par L. Foti, ont été analysés: la concentration, le degré de contamination et la pollution de 7 éléments traces métalliques (ETMs), dans 180 échantillons de sols des pelouses et bois de la région parisienne, le long d’un gradient d’activité humaine.

Les résultats montrent que le trafic routier semble être la principale source de pollution anthropique en ETMs. La seconde source identifiée correspondrait à l’activité industrielle de la région parisienne, notamment à celle des usines à ciment via les rejets de Cadmium (Cd). Enfin, la concentration des ETMs d’origine anthropique augmente selon un gradient: du rural vers l’urbain ; et la concentration de la plupart des ETMs en milieu urbain est équivalente ou supérieure aux valeurs de référence réglementaires, posant ainsi la question d’un suivi à long terme.

Téléchargez l’article
En savoir plus


Mis en ligne le : 23-06-2017


Paris&Co lance un incubateur dédié à l'économie circulaire

Paris&Co a lancé lundi 12 juin son incubateur dédié à un "nouveau sujet stratégique": l'économie circulaire. Quelques 19 startups ont été sélectionnées parmi 56 candidates par un jury composé des des membres fondateurs de la plateforme : Ecofolio, E. Leclerc, Veolia, Vicat et la ville de Paris.

On retrouve l'ensemble des pans de l'économie circulaire parmi les startups sélectionnées : de l'agriculture urbaine (Aéromate, CitizenFarm) à la valorisation des biodéchets (Enerpro, Love your waste), de la consigne (La consigne francilienne, Reconcil, The green move) à l'optimisation des structures de traitement (Pickmywastes, Seligo), en passant par l'amélioration du tri du plastique (Plast'if, Yoyo)...

La nouvelle plateforme vient enrichir le pôle "Ville Durable" lancé par Paris&Co en 2016 et comprenant déjà deux autres incubateurs: le Rolling Lab, dédié à la logistique et à la mobilité urbaine durable, et Immobilier de Demain, consacré à la construction.

Dans son ensemble, le pôle a permis d'incuber 38 startups, grâce au soutien de 23 grands groupes partenaires. A son actif, la réalisation d'une trentaine d'opérations business conjointes et la levée de 11,3 millions d'euros.


Mis en ligne le : 23-06-2017


La Région Île-de-France aide à mobiliser des fonds européens

La Région Ile de France met en place une offre de service pour aider les porteurs de projets franciliens à mieux mobiliser les fonds européens.

Plus précisément, il s'agit : 

> de faire connaitre les programmes communautaires et leurs appels à projet
> de soutenir les porteurs de projets franciliens du montage de projet à la candidature

Le soutien aux porteurs de projets comprend :

> Un recensement des besoins en accompagnement, en fonction de vos priorités  
> Un diagnostic projet, dont l’orientation vers des programmes et appels à projets pertinents 
> Du conseil concernant le contenu du projet 
> La co-écriture de la demande de subvention 
> L'aide à la recherche de partenaires
> L'aide à la relecture
> L'aide à la mise en réseau avec IdF-E
> L'animation des acteurs franciliens de l’appui aux projets européens.

Sur les thématiques environnement /innovation urbaine : le contact est Veronique Hostein : veronique.hostein@edefrance.fr/01 53 85 75 98.


Mis en ligne le : 23-06-2017


Composition du cabinet de Nicolas Hulot

Un arrêté publié au Journal officiel vendredi 16 juin a désigné les membres du cabinet de Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire.

Directrice de cabinet : Mme Michèle Pappalardo

Cheffe de cabinet : Mme Anne Rubinstein

Directeur du cabinet adjoint en charge du budget, des finances, des ressources humaines et de l'économie sociale et solidaire : M. Thomas Lesueur

Conseiller spécial et en charge des négociations internationales sur le climat : M. Benoit Faraco

Conseiller en charge de la société civile, des questions de santé-environnement et des risques : M. Denis Voisin

Conseillère presse et communication : Mme Carine Lecoeur

Conseiller parlementaire et relations avec les élus : M. Laurent Grave-Raulin

Conseiller diplomatique : M. Tudor Alexis

Conseillère en charge de la biodiversité, de l'eau, de la mer et des territoires : Mme Justine Roulot

Conseiller en charge de l'énergie, de l'industrie et de l'innovation : M. Xavier Ploquin


Mis en ligne le : 23-06-2017


Publication ASTEE : Construire ensemble les transitions environnementales

Le thème du 96ème congrès 2017 de l'Astee à Liège était centré sur la conduite des transitions environnementales, aux différentes échelles d’action : des territoires à l’Union européenne. A cette occasion l'association a publié l'ouvrage : 

"Des territoires à l'Europe : construire ensemble les transitions environnementales" 

Le document dresse le bilan des avancées permises par les règlementations européennes et des écueils rencontrés dans leur mise en œuvre. Il pose plusieurs questions : quelles sont les impulsions de l’Europe qu’il nous faut utiliser ? Comment cette dernière peut-elle mieux écouter et impliquer les territoires, ne pas brider ni entraver mais plutôt accompagner et stimuler les initiatives locales et ainsi regagner la confiance des citoyens ? 

Parmi l'ensemble des contributions, retrouvez le retour d'expérience d'ORÉE (pages 68 à 70) présenté par Nathalie Boyer, Déléguée générale d'ORÉE dans l'article : "Comment les partenariats multi-acteurs (ou « green deals » à la française) peuvent accélérer la transition vers l’économie circulaire".

Consulter l'ouvrage


Mis en ligne le : 23-06-2017


Reach : le bisphénol A est reconnu perturbateur endocrinien par l'Echa

L'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a une nouvelle fois inscrit le bisphénol A (BPA) sur la liste des substances extrêmement préoccupantes (SVHC) candidates à autorisation, a indiqué l'Agence vendredi 16 juin.

Cette fois-ci, le BPA est ajouté à la liste des SVHC au titre de ses propriétés perturbateur endocrinien.

En décembre 2016, le bisphénol A avait été inscrit une première fois à la liste des SVHC en raison de ses propriétés reprotoxiques. Ces deux inscriptions font suite à une demande de la France. Les substances inscrites à cette liste sont reconnues comme ayant des effets graves et souvent irréversibles sur la santé et l'environnement.

Pour rappel, la France a déjà suspendu l'utilisation du BPA dans les contenants alimentaires pour les nourrissons depuis le 1er janvier 2013 et dans tous les contenants alimentaires depuis le 1er janvier 2015.

Au niveau européen, un règlement de la Commission européenne publié le 13 décembre interdit la mise sur le marché du BPA dans le papier thermique à une concentration égale ou supérieure à 0,02% à compter du 2 janvier 2020.


Mis en ligne le : 23-06-2017


France Stratégie s'intéresse à l’évaluation de la circularité de l’économie

France Stratégie a publié, en avril 2017, une note approfondissant l’évaluation de la circularité de l’économie qui permettrait de piloter les politiques d’économie circulaire. Le rapport détaille, tout d’abord, les indicateurs de flux  : l’empreinte environnementale globale (en hectare) par habitant, l’empreinte ressources (consommation de matière rapportées au kilogramme de matière) et l’empreinte en termes d’ « émissions polluantes » (empreinte carbone, indicateurs d’acidification, d’eutrophisation, kilogrammes de déchets par habitant…). Des indicateurs de stocks existent également comme des indicateurs de stock naturel et des indicateurs de stocks anthropogéniques (générés par l’homme).

De plus, l’indice de la productivité matière devrait être un des indicateurs clés de l’économie circulaire selon le rapport. Une analyse est réalisée en comparant l’indice de la productivité matière entre la France et l’Allemagne.

Enfin, la mesure de l’emploi dans l’économie circulaire refléterait également la circularité de l'économie. Cependant, une réflexion doit être menée concernant le périmètre de cette mesure (emplois liés aux éco-activités, à l’allongement de la durée de vie des produits, à la numérisation des biens, aux biens physiques partagés par échange monétaire...) et les modalités de calculs pour y parvenir (nomenclatures à aménager).

Accéder à l'étude


Mis en ligne le : 23-06-2017


Reach : 12 entrées ajoutées à la liste des substances soumises à autorisation

La Commission européenne a publié mercredi 14 juin un règlement qui ajoute 12 entrées dans la liste des substances soumises à autorisation intégrée dans le règlement Reach (qui en comporte désormais 43).

Parmi ces produits chimiques figurent des substances toxiques pour la reproduction (bromopropane, phtalates), des cancérogènes (huile anthracénique) et des perturbateurs endocriniens.

Ils ne pourront plus être mis sur le marché ou utilisés sans une autorisation après 2020 ou 2021 selon les cas.

Pour obtenir cette autorisation, les fabricants, importateurs et utilisateurs des substances concernées devront adresser une demande à l’Agence européenne des produits chimiques (Echa) d’ici 2019. La Commission européenne statuera sur les demandes reçues en se fondant sur les avis du comité d’évaluation des risques et du comité d’analyse socioéconomique de l’Echa.


Mis en ligne le : 23-06-2017


Participez à l’édition 2017 du concours éco-conception [avniR]

Le concours éco-conception, organisé par la plateforme [avniR] récompense les meilleures réalisations en éco-conception en Hauts-de-France, afin de diffuser les innovations et créer une occasion d’échanges et de sensibilisation et d’encourager les acteurs économiques à intégrer l’éco-conception dans leur stratégie.

Ce concours permet de remporter une fiche pour présenter votre démarche dans le catalogue éco-conception 2017 (5 000 exemplaires), une mise en avant par avniR (site web, Congrès international le 8 novembre 2017) et dans la presse, ainsi qu’un accompagnement. Par ailleurs tous les dossiers complétés bénéficieront d'un retour.

Les dossiers seront évalués par un jury indépendant composé d’experts issus des mondes économique, environnemental, du design et de l'enseignement supérieur. Chaque formulaire complété fait l’objet d’un retour par [avniR] et par le jury.

Chaque projet doit être présenté à l'aide du dossier de candidature complété et renvoyer à avnir@cd2e.com avant le 13 juillet 2017.

L'annonce des lauréats et la remise des prix auront lieu lors de la soirée du 8 novembre lors du Congrès [avniR] à Lille.


Mis en ligne le : 23-06-2017


L’article 173 de la LTECV s'invite chez les industriels

Une étude d’EY France passe au crible les pratiques de reporting climat de 40 entreprises (cotées) suite à l’application de l’article 173 de la LTECV. Celles-ci ont jusqu’à fin juin 2017 pour communiquer leurs résultats ; l’étude est menée sur l’exercice de 2016, alors que les décrets d’application n’étaient parus qu’en août 2016. Ce "premier jet" est très attendu puisque le gouvernement produira l’an prochain un premier bilan de la stratégie bas carbone et que la directive européenne RSE sera transposée d’ici juillet 2017.

Si l’ensemble des entreprises étudiées rapportent leur engagement pour réduire leur empreinte carbone, le reporting GES reste une difficulté : un tiers de l’échantillon peine à cerner les contours des émissions "Scope 3". L’étude souligne l’importance du choix des indicateurs : sur le plan quantitatif, la moitié utilise le GHG protocol et un quart l’approche "market based" par secteur.

Si 70% des entreprises ont mis en place des objectifs quantitatifs de réduction de leur empreinte carbone, seules 20% suivent un scénario compatible "2 degrés", avec l’aide des outils du GIEC ou de l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Ils fournissent une base comparative pour des scénarios stratégiques.

Les leaders sectoriels s’approprient bien le risque climat et internalisent des pratiques volontaristes (prix du carbone interne, green bonds, etc.) Ils voient "un intérêt stratégique différenciateur" à prendre de l’avance sur le régulateur, même si un fossé persiste parfois entre communication institutionnelle et actions R&D.

Enfin, au plus haut niveau de la gouvernance d’entreprise (rapports de gestion, conseils d’administration), l’importance du risque climat est de plus en plus restituée. Ainsi, Accor identifie des risques allant d’une pression croissante sur la performance énergétique de ses bâtiments à une augmentation de ses primes d’assurance liées au risque de catastrophe naturelle.

Selon EY, les conseils ne se limiteront pas à des independent reviews mais iront naturellement dans les rapports des entreprises, vers le signalement de limites, de zones d’incertitudes, dans une approche de co-construction avec leurs clients.


Mis en ligne le : 23-06-2017


Prix Entreprises et Environnement 2017

Les candidatures pour les prix Entreprises & Environnement sont ouvertes jusqu’au 11 juillet 2017.

Ces prix, qui fêtent cette année leurs 30 ans, offrent l'opportunité aux entreprises de rendre leur engagement en faveur de l'environnement visible et reconnu officiellement par le ministère de la Transition écologique et solidaire et l’ADEME.

L’édition 2017 récompense les actions et projets dans 5 catégories : Économie circulaire, Lutte contre le changement climatique, Meilleur reporting environnemental, Biodiversité et entreprises, Innovation dans les technologies et les modèles économiques.

ORÉE fera d'ailleurs partie des jurys consacrés à l'économie circulaire et reporting environnemental. 

Candidater


Mis en ligne le : 09-06-2017


14e Assises des déchets, les 27 et 28 septembre 2017

Les 27 et 28 septembre prochains, la 14e édition des Assises des Déchets prendra place à la Cité des Congrès de Nantes avec pour objectif de réunir les professionnels des déchets et de l’économie circulaire, industriels, collectivités et élus.

Le fil directeur de l'édition 2017 des Assises est : "Réduire, Recycler, Valoriser : tenir le cap !". L'accent est mis sur la nécessité de poursuivre les ambitions collectives de la filière déchets pour plus de performances et de recyclage, la fin des gaspillages, la rénovation urbaine, l’intelligence et les initiatives de territoires...

La problématique de la pollution de la mer est également mise à l'honneur cette année.  

Plus d'informations


Mis en ligne le : 09-06-2017


CESE - Contribution des emplois de la biodiversité à la transition écologique

Le CESE a rendu un avis présenté par M. Allain Bougrain Dubourg au nom de la section de l'environnement présidée par Mme Anne-Marie Ducroux consacré à la "Contribution des emplois de la biodiversité à la transition énergétique".

ORÉE a contribué à ce document grâce à la participation de Patricia Savin, Présidente d'ORÉE, Nathalie Boyer, Déléguée générale et Hélène Leriche, Responsable du pôle biodiversité. 

L'avis rappelle que depuis 2010, différents travaux ont permis d’identifier les métiers spécifiquement dédiés à la nature et à la biodiversité, soit 22 000 emplois spécifiquement consacrés à la biodiversité, auxquels il convient d’ajouter 6 000 professeur(e)s de l’enseignement supérieur et 48 000 emplois qui contribuent à cette préservation, soit 76 000 emplois en tout. Il alerte cependant sur le fait que l'état des lieux n'est pas achevé. 

Pour cela, il formule plusieurs propositions pour poursuivre cette identification :

> consolider les emplois du "cœur d’activités", dédiés à la préservation et
la restauration de la biodiversité ;
> mesurer précisément la répartition des emplois entre secteurs public, associatif, privé, ainsi que les parts respectives des emplois aidés, des stages de longue durée, du service civique ;
> définir clairement les contours des emplois qui contribuent à la préservation de la biodiversité et les compétences qui leur sont nécessaires ;
> mesurer comment différents secteurs d’activités se saisissent des enjeux de la biodiversité et développent une part d’activité en sa faveur, ou la sous-traitent ;
> poursuivre les travaux sur la mesure des emplois indirects et induits et en
les intégrant dans le bilan de l’emploi existant ;
veiller à ce que l’Agence française pour la biodiversité (AFB) reprenne à son compte les missions de structuration des métiers, de l’emploi, des qualifications et certifications en vue de l’insertion de la biodiversité.

Consulter l'avis


Mis en ligne le : 09-06-2017


Un outil pour mesurer les bienfaits du recyclage

La Fédération des entreprises du recyclage (Federec), en partenariat avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), a mis au point un logiciel qui évalue les bénéfices environnementaux du recyclage. C’est un outil multi-utilisateurs, gratuit, à destination des collectivités territoriales et des entreprises.

Il s’agit d’entrer toutes les données relatives à la chaîne de recyclage (matériaux, quantités, technologies, transport, etc.) afin de déterminer la consommation d’énergie de l’activité et son impact en utilisant la méthodologie d’analyse de cycle de vie (ACV).

Après des tests auprès de ses adhérents, Federec va organiser des modules de formation et des tutoriels pour diffuser cet outil. 

Pour montrer le potentiel de cet outil, Federec et l’Ademe ont partagé les résultats de leur étude, filière par filière. Il en ressort notamment que le recyclage évite l’émission de 22,5 millions de tonnes d’émission de CO2 par an.

Federec espère que ces données se répercuteront sur toute la chaîne de l’économie circulaire et que cette valorisation des filières de recyclage sera traduite par une fiscalité plus incitative, pour faire reconnaître la compétitivité des matières de recyclage.


Mis en ligne le : 09-06-2017


Un rapport européen contre l’obsolescence des produits

Le député européen Pascal Durand a fait entrer pour la première fois le sujet de l’obsolescence au Parlement européen en présentant un projet de rapport d’initiative pour favoriser une durée de vie plus longue des produits.

Son approche diffère de la loi française, plus répressive, qui lutte contre la volonté délibérée des fabricants de réduire la durée de vie de leurs produits (l’obsolescence programmée).

Le texte propose d’agir à la conception, avec des critères de résistance minimum et une modulation de l’éco-contribution pour soutenir les efforts des industriels dans ce sens, mais aussi après la production, vers "un modèle économique tourné vers l’usage" :

> incitations à la réparation en cas de panne, interdiction des pièces inamovibles, etc.
> favoriser la location, l’échange et l’emprunt d’objets via des réductions de la TVA ou des fonds de dotations
> considérer les appareils réutilisables comme des produits et non des déchets
> améliorer l’information des consommateurs (label, affichage de la durée d’usage "escomptée")

Il propose également pour la première fois la prise en compte de l’obsolescence logicielle en définissant un standard de durée de vie minimal ou un malus en cas d’absence de mises à jour.

Le projet de rapport sera présenté le 3 juillet en séance plénière.


Mis en ligne le : 09-06-2017


La Plateforme Française pour les Entreprises et la Biodiversité à Bruxelles

Vingt représentants de différentes plateformes et initiatives pour les entreprises et la biodiversité en Europe se sont réunis le 17 mai 2017 à Bruxelles pour partager leurs expériences et explorer de fututres pistes de coopération sur des sujets tels que : 

> Maintenir l'engagement des entreprises à propos des enjeux biodiversité;
> Développer et promouvoir des outils pour guider les décisions et choix stratégiques des entreprises; 
> Faire émerger des synergies en définissant ensemble les objectifs à atteindre au niveau européen, en matière de biodiversité, tout en faisant le lien avec le climat;
> Intégrer de nouvelles thématiques telle l'économie circualire, dans les solutions proposées aux entreprises pour réduire la pression anthropique sur la biodiversité.  

  ORÉE, point focal de l’Initiative Française pour les Entreprises et la Biodiversité, a pris part à cette réunion de travail et a apporté son témoignage dans la gestion de plateforme française et de son réseaux d’adhérents.

Cette réunion pilotée par la plateforme européenne B@B, visait également à renforcer la communication entre plateformes nationales et encourager les échanges sur les enjeux biodiversité au niveau européen.  

               Accédez aux différentes présentations de la réunion ici!                                            


Mis en ligne le : 09-06-2017


Natureparif lance une étude sur les toitures végétalisées et la biodiversité

Le verdissement ou de la végétalisation des toitures n’est plus une démarche exceptionnelle. De nombreuses vertus lui sont attribuées pour la ville et ses habitants : isolation phonique ou thermique, rétention des eaux pluviales, stockage de carbone ou accueil de la biodiversité.

Un projet de 3 ans a été lancé par Natureparif, pour aller plus loin dans la connaissance de l’intérêt de ces toitures pour la biodiversité et de leur capacité à délivrer un cortège de services écosystémiques. Natureparif mène dans ce cadre une campagne d’expériences poussées sur des toitures en Ile-de-France, ce travail étant couplé à un état des lieux des pratiques et une analyse des coûts de réalisation et d’entretien. Les premiers résultats sont attendus pour la rentrée.

Plus d'informations


Mis en ligne le : 09-06-2017

Accédez aux actualités des 3 priorités :

 

 S'abonner au flux RSS