Actualités

Générale

Université d’Été La Rochelle "La neutralité carbone face à la crise mondiale" - 30, 31 août & 1er septembre
Consultations publiques
Discours d'Élisabeth Borne : entre "radicalité écologique" et "écologie de progrès"

Lors de sa déclaration de politique générale, mercredi 6 juillet, la Première ministre a présenté les grands axes de sa politique environnementale.

La locataire de Matignon a d’abord montré son ambition de décarboner le mix énergétique français. "Nous voulons être et nous serons la première grande nation à sortir des énergies fossiles", a-t-elle ainsi déclaré. Pour ce faire, le gouvernement a la volonté de nationaliser entièrement EDF (l’État étant actuellement actionnaire à 84%), afin d’accélérer la prise de décision.

Elle affirme ensuite que la décarbonation de l'économie passera par "des transformations radicales dans notre manière de produire, de se loger, de consommer, de se déplacer", sans toutefois "passer par la décroissance", a-t-elle précisé.

Quant à la planification écologique, elle précise que "chaque ministre aura une feuille de route climat et biodiversité". L’idée ici est d’avancer "filière par filière, territoire par territoire". Elle a confirmé la mise en place d'un "plan de bataille" comprenant des feuilles de route climat et biodiversité pour chaque ministère et une loi de programmation énergie-climat, qui sera présentée à la rentrée.

Et puisque "la transition écologique est l’affaire de tous", Élisabeth Borne annonce que "les dirigeants des grandes entreprises doivent montrer l’exemple et leur rémunération dépendra de l’atteinte des objectifs environnementaux", faisant écho à l’une de nos recommandations.

La Première ministre a également évoqué la diversité biologique, en affirmant que "protéger l’environnement, c’est préserver la nature et la biodiversité, face au risque d’une sixième grande extinction". Le gouvernement accentuera sa politique de préservation des espaces naturels, forêts, montagnes, littoraux, océans.

Enfin, l’exécutif souhaite continuer sa politique en matière d’économie circulaire. Élisabeth Borne affirme vouloir poursuivre "la sortie de la société du gaspillage et du tout-jetable", en privilégiant "le réemploi, la réparation, le recyclage". Et d’ajouter : "Les outils ont été mis en place lors du précédent quinquennat, il faut maintenant pleinement s’en emparer".

L’inclusion du gaz fossile et du nucléaire dans la taxonomie définitivement entérinée
Le G7 s’engage à donner l’exemple pour un accord mondial ambitieux à la COP15 de Montréal